NOTRE ÉGLISE

Vous êtes à la porte d’entrée du temple de Saint Vincent Martyr d’Abando. Avant d’entrer vous raconter un peu d’histoire. Le riche quartier d’Abando possédait un temple médiéval qui, incapable de contenir les sépultures des paroissiens, a cédé sa place au monumental édifice actuel. Les travaux ont commencé vers la moitié du XVIe siècle.

Il est un véritable bijou de l’architecture religieuse de la Renaissance. Il est un des plus beaux exemples de l’église de colonnes de Pays Basque. Fondamentalement, l’édifice est construit en pierre de taille et maçonnerie et il est situé dans un des lieux les plus nobles de l’ancien quartier. Il préside un espace peuplé d’arbres qui nous rappelle les jardins d’Albia. Il est un espace vert qui exige que la paroisse soit préservée après l’absorption d’Abando par Bilbao en 1890.

Ensuite entrez la porte sur la gauche. Vous verrez qu’il ya un triptyque du baptême de Jésus peint par Iñaki García-Ergüin. Autrefois dans ce lieu était les fonts baptismaux. Donc, nous nous souvenons aussi la petite fenêtre qui donne sur la façade principale.

Si vous allez un peu, vous verrez la structure du bâtiment. Il a une structure noble et grande, et est formée par trois vaisseaux de cinq volées, toutes à la même hauteur, définies par de hautes colonnes rondes dotées de chapiteaux classiques, doriques. Sur elles reposent la couverture, les arcs et nervures de la voûte complètement uniforme à la manière gothique, c’est-à-dire de quatre pointes enrichies de nervures autour du pôle, et neuf clés au total.

Dans son genre d’église de colonnes –caractérisée par son ampleur, sans ségrégations, avec voûtes à la même hauteur appuyées sur des colonnes classiques- Saint Vincent est un exemplaire très pur qui no possède même pas d’espace autonome pur la chapelle principale. La lumière naturelle est insuffisante en raison de la petite taille des fenêtres ouvertes par paires dans la zone de la tête.

Avances à la première chapelle, où vous pouvez voir les fonts baptismaux accompagné d’un relief en bronze de Ricardo Iñurria. Sur elle, un grand tableau de Iñaki García-Ergüin représentant la Cène de Jésus et préside avec une grande solennité le «monument» chaque Jeudi Saint.

Continuez et vous trouverez le retable de la Vierge des Miracles flanqué de sculptures de Saint Ignace et Saint Francisco Javier et avec lui, la Chapelle del Carmen ou Villarias, de plante carrée et avec le bord voûte. A l’intérieur, il est important de l’autel dédié à Notre-Dame de Carmen et des sculptures Père Jésus de la Passion et de Notre-Dame de Branche et Rosaire, à la fois du sculpteur Luis Álvarez Duarte, qui procession pendant la Semaine Sainte de Bilbao porté par les frères de la Confradternité de la Passion, qui est basé dans la même paroisse.

Dans la zone plus avancée, vous pouvez contempler trois retables de bois doré. Le retable est de style néo-élisabéthain et a été conçu par l’architecte Juan Blas de Hormaeche en 1860 et se compose d’une statue baroque de l’Immaculée Conception et le titulaire de la paroisse, Saint Vincent Martyr, contemporaine à la structure et grande correction de la manière, ce qui porte dalmatique diacre et portant palme symbolisant son statut de martyr. Sur la gauche, sur le côté Évangile, vous pouvez voir le retable présidé par le Sacré-Cœur, Saint Antoine, Saint Ramon Nonato et Saint Expedito en hauteur. De même, sur votre droite, sur le côté de l’Épître il y a des sculptures de qualité Saint Alphonsus Liguori et Saint Gerardo, travail de Higinio Basterra, ou Saint Joseph disposé dans la tête, avec un relief de la Sainte Trinité dans sa partie la plus élevée. Les retables qui accompagnent le retable majeur à gauche et à droite ont été conçus par Ricardo Bastida.

En arrivant à la tête du temple, ne laissez pas visiter la grande sacristie. Entrez par le petit porte côté à droite de l’autel. Il dispose de deux peintures baroques des années 1780, un Crucifix intéressant, une ancienne sculpture de Saint Vincent et mobilier pratique artistique tels que commodes, un lavabo ou cuve pour les outils eucharistiques, datée 1914, et une original table de heures et des services religieux, non utilisé, destiné aux divers prêtres qui avaient l’église.

En sortant de la sacristie, vous trouverez une autre chapelle, du Bon Succès ou Zumelzu. La chapelle est carré et surmonté d’un dôme encastré. On peut voir une image de la Vierge des Douleurs, taille de robe, et Christ gisant dans l’urne, les œuvres de sculpteur Quintín de Torre.

En sortant de la chapelle, vous pourrez contempler le retable de Notre-Dame du Perpétuel Secours dans la belle Icône et à côté, l’image de Saint Roque avec son whippet et le squash Walker, protagoniste des épidémies et des fléaux, qui rappelle ce qui est arrivé dans le passé à Bilbao et l’image de Saint Isidro Labrador, dont la fraternité a réuni de nombreux agriculteurs qui avaient sur ce porche dans le passé.

En venant de l’allée de droite pour sortir, vous trouverez l’une des deux entrées du temple. Celui d’aspect plus ancien appartient au gothique tardif, avec jambages et archivoltes moulurées et en lancette. Il est orienté vers le midi, sur un couloir respecté par les bâtiments de la paroisse qui entourent le temple. Ce portique est couronné dans votre tympan par une petite vierge polychrome en bois.

Quand vous sortez l’autre porte à laquelle vous avez entré, il se trouve un excellente Crucifix de sculpteur Julio Beobide. La petite fenêtre représente la purification du Temple par Jésus. Il est à côté des restes du célèbre écrivain Antonio de Trueba sous le relief d’un cygne, étoile de l’un de ses poèmes.

Laisse le temple pour voir l’entrée principale, qui se trouve au pied du temple et fait partie de la façade face au soleil couchant, réalisé à partir de 1556. Une grande niche entre deux piédroits, qui servent de support à la moderne tour-clocheton, abrite un simple accès en arc surbaissé, à peine décoré d’éléments fantastiques figurés. Au-dessus il y a un abri pour une image en pierre de Saint Vincent Martyr et sur l’axe une baie avec arc déprimé. Le tour-clocheton remonte à 1894 et sa conception est José María Basterra. Il a été construit par la Mairie de Bilbao, après le transfert de certaines terres et le tour est faite avec de la pierre de l’ancien hôtel de ville.

Enfin, et avant de terminer la visite du temple, nous vous invitons à vous asseoir tranquillement sur un banc pour prier pendant quelques minutes avec las prières suivantes.

GALERIE D'IMAGES

PRIÈRE À SAINT VINCENT MARTYR

Saint Vincent, que nous sachions en faire un usage désintéressé de tout ce qui nous est donné avec un cœur reconnaissant.
Saint Vincent, prie Dieu pour que nous ayons confiance, patience, et que nos cœurs s’ouvrent à la souffrance des autres. Saint Vincent, que le bon soleil se lève sur tous ceux que nous aimons et que la joie les inonde, si l’orage gronde, obtiens-nous humour et pardon. Saint Vincent, toi qui étais diacre, c’est-à- dire serviteur, tourne nos regards vers les plus pauvres.

Saint Vincent, toi qui as refusé de trahir ta foi, prie pour que nos incertitudes deviennent convictions et que nos convictions nous rapprochent de la foi. Saint Vincent, toi qui as tant souffert, permets que le tyran se transforme en apôtre, que le violent s’attendrisse, que le voleur s’amende et rende ce qu’il a dérobé, qu’aucune souffrance ne soit inutile. Aide-moi à vaincre les tentations et les vices et faire mon salut.

Avec l’aide de Saint Vincent qui a supporté de souffrir pour sa Foi, Seigneur, fortifie-nous dans les épreuves. Avec l’aide de Saint Vincent qui a accepté de mourir pour sa foi, Seigneur, donne-nous le sens de la vraie liberté. Amen.

CANTIQUE DE DAVID (Psaume 23)

L’Éternel est mon berger: je ne manquerai de rien. Il me fait reposer dans de verts pâturages, Il me dirige près des eaux paisibles. Il restaure mon âme, Il me conduit dans les sentiers de la justice, A cause de son nom.

Quand je marche dans la vallée de l’ombre de la mort, Je ne crains aucun mal, car tu es avec moi: Ta houlette et ton bâton me rassurent. Tu dresses devant moi une table, En face de mes adversaires; Tu oins d’huile ma tête, Et ma coupe déborde.

Oui, le bonheur et la grâce m’accompagneront Tous les jours de ma vie, Et j’habiterai dans la maison de l’Éternel Jusqu’à la fin de mes jours.